La délégation d'assurance ne décolle pas depuis quatre ans : comment y remédier ?

19/07/2017

La part des cotisations en délégation d'assurance de prêt est restée figée à 15% en 2016. Parmi les autres enseignements du bilan 2016 de la FFA, on observe que la garantie perte d'emploi est de moins en moins souscrite par les emprunteurs.

La délégation d'assurance en panne

La délégation d'assurance dans le cadre d'un crédit immobilier n'a pas décolé en 2016. Comme en 2015, seulement 15% des parts de cotisations pour l'année 2016 concernent les offres alternatives aux contrats groupe des banques. En dépit d'une réglementation censée faciliter le libre choix de l'assurance, cette proportion n'évolue pas depuis plus de quatre ans.

Dans son bilan 2016, la Fédération Française de l'Assurance (FFA) chiffre la répartition des cotisations selon le type de crédit. 73% des encours concernent les prêts immobiliers contre 21% pour les crédits à la consommation, les 6% restants attribués aux crédits professionnels. Le montant total des cotisations d'assurance de prêt est estimé à 8,8 milliards d'euros, soit 1% de plus qu'en 2015, et 0,7% de l'encours des crédits aux particuliers.

Tous crédits confondus, la délégation d’assurance atteint 12% de l’ensemble des cotisations pour l’année 2016.


La garantie perte d'emploi reste très marginale

Socle de base de l'assurance emprunteur, la garantie décès est largement majoritaire et représente 70% de l'ensemble des cotisations. Viennent ensuite les garanties incapacité-invalidité pour 27% des cotisations. A la peine, la garantie perte d'emploi recule pesant 3% en 2016 contre 4% en 2015. Trop onéreuse et difficile à mettre en application pour une indemnisation de toutes façons limitée dans le temps, cette garantie convainc de moins en moins d'emprunteurs.

Ces chiffres mettent en lumière la résistance des banques à vouloir conserver une manne de plusieurs milliards d'euros. La législation s'est tout récemment renforcée en offrant à tout nouvel emprunteur la possibilité de changer d'assurance tout au long de la durée de son prêt (loi Sapin II du 26 février 2017). Cette faculté sera accessible à tous les contrats en stock dès janvier 2018.

2017, un meilleur cru ?

Bien que nous ne possédions pas encore les chiffres officiels de la FFA pour cette année en cours, nous constatons que grâce à de nombreuses dispositions mises en oeuvre par l'ACPR ou le CCSF, les emprunteurs sont mieux informés qu'avant. Les organismes, de plus en plus sévères avec les pratiques des banques, veillent de plus en plus au respect des règles qu'on leur imposera. Informer est le rôle de tous, n'hésitez pas à le faire auprès de vos clients.


« Retour aux actualités

Vous souhaitez en savoir plus ?

Nos conseillers sont à votre écoute et mettent tout en œuvre pour vous apporter l’aide dont vous avez besoin.